Eliminer

La première fonction de la récupération est d’éliminer des molécules qui ont joué un rôle durant l’effort physique mais qui sont désormais inutiles.

  • Le dioxyde de Carbone (CO2) provient de la ventilation. Il s’élimine au cours de l’effort par la respiration (voir Echanges respiratoires).
    - Différences sportifs entraînés / pas entraînés.
  • L’acide Lactique : Lors d’un effort intense (anaérobie lactique), l’acide pyruvique
    produit par la glycolyse est en partie réduit en acide lactique par un phénomène de fermentation.
    L’acide lactique s’accumule dans la cellule et la lactatémie augmente (il apparaît que l’entraînement permet de réaliser les mêmes exercices avec une élévation moindre de la lactatémie.).

Eliminer dans II/ La recuperation Effet-de-lintensite-du-travail-intermittent-aerobie-sur-lendurance-et-les-qualites-anaerobies2source : http://www.memoireonline.com/11/09/2896/Effet-de-lintensite-du-travail-intermittent-aerobie-sur-lendurance-et-les-qualites-anaerobies.html

On observe que selon les types d’effort, la quantité de lactate rejeté n’est pas toujours la même ; sur le schéma ci-dessous par exemple, on observe que pour 2 sports de combat, la boxe et le taekwendo, la concentration en acide lactique est très différente. Nénamoins, l’évolution est globalement semblable : au final des rounds, donc au fur et à mesure de l’effort, la concentration en acide lactique augmente.

L’acide lactique rend le muscle plus rigide. Il serait donc responsable des crampes, qui proviennent en partie de la perturbation des mouvements du calcium dans la cellule musculaire causée par l’accumulation d’acide lactique dans le muscle. et des courbatures, ainsi que de la fatigue musculaire. Ce sujet fait actuellement polémique chez les médecins du sport et les chercheurs.

Pour éliminer l’acide lactique :

  • oxydation : dissociation de l’acide lactique en lactate et en ions H+ (plus rapide lors d’une récupération active).
  • acidose : passe par la circulation sanguine et est recyclé en acide pyruvique par le foie.

L’acide lactique s’élimine du muscle en 30 min à 1h dans le cadre d’une récupération active et en 1h à 2h avec une récupération passive.

  • Urée : Cette substance est produite par l’organisme lors de l’utilisation des acides aminés (provenant des protéines). Elle s’élimine dans l’urine par les reins. Son accumulation provoque en effet des vomissements, nausées, vertiges,…et peut aller jusqu’à un coma.
    Valeurs normales :
    Homme : 3 à 7.5 mmol/l soit 0.18 à 0.45 g/l
    Femme : 2.5 à 7 mmol/l soit 0.15 à 0.42 g/l
  • Fatigue musculaire : Elle correspond à des lésions microscopiques des fibres musculaires.

 

 Elle se caractérie par une diminution de la vitesse et de la qualité des gestes, ainsi que par des crampes.

Ses origines restent jusqu’à présent hypothétiques.
Elle pourrait provenir :
- insuffisance circulatoire.
- saturation des mécanismes de transport d’oxygène.
- consommation accrue de glycogène (éventuelle hypoglycémie) : en effet, la contraction des fibres musculaires consomme de l’énergie sous forme d’ATP provenant de la dégradation du glycogène ;
- dégradation des protéines → accumulation d’ammoniac, toxique pour le système nerveux central.

La fatigue musculaire se mesure sur l’échelle de fatigue de Pichot.

Echelle de fatigue de Pichot :

echell12 dans II/ La recuperation

Son élimination passe par le repos, et en particulier le sommeil. En effet, durant le temps de sommeil profond, l’afflux de sang dans les muscles augmente, ce qui permet au cours de récupérer.

De plus, pendant le sommeil, le corps produit des hormones de croissance qui ont des fonctions réparatrices.

 - La place de l’entraînement.

La pratique régulière d’un sport de force type musculation augmente le diamètre des fibres musculaires, qui se contractent alors plus rapidement et plus efficacement, et améliorent leur utilisation des nutriments. Cependant, les exercices de force peuvent avoir des conséquences négatives telles que des problèmes de posture qui peuvent être corrigés par des étirements.
De plus, le sportif peut être sujet à des fatigues chroniques, c’est-à-dire qui n’ont pas lieu pendant l’effort et qui ne s’effacent pas avec le repos. Elle est causée par une sollicitation trop intense et trop fréquente des fibres musculaires, dans le cadre d’un surentraînement par exemple.

Publié dans : II/ La recuperation |le 6 décembre, 2009 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

SOS planète |
Mathématiques en Terminale S |
adamfait |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ana112big
| Archéoslogos
| «Evaluation of the sustaina...